SOUVENIRS DU CORSE


Le Corse après son abordage avec le Du CHAYLA, le 4 juillet 1973 par Philippe DUCROCQ
Le Corse de sources et d'auteurs divers
Le Corse par Richard CRONIER en 1964
Le Corse par Bernard WIRTH en 1973/1974



Bernard Wirth nous avait déjà envoyé des documents sur l'abordage entre le Corse et l'escorteur d'escadre Du CHAYLA le 4 juillet 1973. En voici d'autres, ceux-çi publiés avec l'aimable autorisation de leur auteur, Philippe DUCROCQ, qui était embarqué comme missiler à bord du Corse et a véçu cet évènement. Encore merci à lui pour l'autorisation de mise en ligne. (mise en ligne : 31/10/2011)


Juillet 1973, après son abordage, Le Corse entre au bassin à Toulon pour réparations.(photo Philippe Ducrocq - 1973)



Une autre vue prise du fond du bassin, sur le babord du bateau.(photo Philippe Ducrocq - 1973)



L'étrave du Corse en bassin. La rouille a déjà commencé à attaquer le métal, on comprend mieux l'importance des corvées de peintures à bord dans les milieux marins. Sur la droite de la photo, il doit y avoir la cloison étanche qui a tenu lors du choc, toute la première tranche a été déviée sur tribord. (photo Philippe Ducrocq - 1973)



Une autre vue des dégâts, le métal du pont a été plié comme une vulgaire étoffe au niveau de la cloison étanche.(photo Philippe Ducrocq - 1973)



Vue générale de la plage avant. On voit bien l'inclinaison vers tribord de la tranche avant.(photo Philippe Ducrocq - 1973)



Une autre vue de la plage avant du Corse, sans doute prise depuis le roof torpilles.(photo Philippe Ducrocq - 1973)



Même si il y aura pas mal de travail, le moral doit rester bon. Et puis après ce genre "d'incident" on doit se dire que l'on a un peu la baraka et que tout bateau qui vous ramène au port est un bon bateau. De gauche à droite, le matelot Lebreton, le qm Largillière et le matelot Hammond.(photo Philippe Ducrocq - 1973)



Pour terminer sur une autre note, voici une carte "offcielle" du Corse qui était vendue à la coopérative du bord. Encore merci à Philippe Ducrocq pour son autorisation de mise en ligne.(photo Philippe Ducrocq - 1973)




"haut de page"



Le Corse d'auteurs divers et de sources diverses et pour compliquer le tout de date différentes, et oui ! ça se mérite la plongée dans les souvenirs (mise en ligne : 22/05/2010)


Tout à une fin, nos anciens bateau aussi, voici un article de "Cols Bleus" qui relate la fin du Corse. C'était le minimum que l'on pouvait faire pour le premier de la série des escorteurs rapides.(photo "Cols Bleus - 1975)


Toujours pour évoquer la fin du Corse,  une photo parue dans un "Cols Bleus" de 1975 qui montre les dégâts provoqué par un tir d'Exocet lancé par la Jeanne d'Arc. Le missile a heurté le Corse sur son tribord au niveau de la passerelle.(photo "Cols Bleus - 1975)



Une partie du service "commissariat", au centre le fourrier Bernard Wirth et de part et d'autre deux motels du bord dont les noms sont encore à découvrir, je pense que nous sommes dans la  coursive centrale du bateau.(photo Bernard WIRTH - 1974)


Bernard Wirth dans un poste d'équipage. A gauche l'échelle dont l'usage par mauvais temps pouvait poser quelques problèmes. En voyant ces photos on se rend un peu compte à quel point l'intérieur d'un bateau de guerre pouvait être encombré.(photo Bernard WIRTH - 1974)



Plage arrière, Bernard et les copains motels, habillés des chemisettes au nom du bateau, je regrette de n'avoir pas gardé les miennes.(photo Bernard WIRTH - 1974)


Le Corse en 1962. Le second-maître de garde à la coupée dirige la mise en place de cette dernière. Le factionnaire près de la porte est armé, nous sommes peut-être en Algérie durant la guerre. (photo Marco - 1962)

"haut de page"

2ème série de photos diverses (mise en ligne : 26/02/2011)



1970. Poste d'équipage du Corse, les hamacs sont encore utilisés, quand je suis monté sur le Cose en 1972/1973, les banettes avaient pris le relais. Photo www.alabordache.com dont l'auteur n'est pas indiqué  ... (photo www.alabordache.com - 1970)



1970. Autre photo d'ambiance. Les visages sont jeunes, c'était il y a 41 ans. La vie a dû passer par là et donner à chacun une destinée sans doute bien éloignée de cette photo un peu insouciante. (photo www.alabordache.com - 1970)


1970. Les "cuistots" sont de retour. Dans le fond des tableaux électriques, ces appareillages et d'autres faisaient parti de notre décor et nous n'y faisions pas beaucoup attention, je pense que depuis, le confort et la décoration ont beaucoup changé. (photo www.alabordache.com - 1970)



 1970. Une dernière photo prise dans le poste d'équipage du Corse, la solidité des hamacs n'est plus à prouver. (photo www.alabordache.com - 1970)



Le Corse en Penfeld à Brest, date encore inconnue.(photo Jean-Claude MICHELIN - 19??)



J'ai déjà mis en ligne cette photo, mais j'en ai trouvé un exemplaire colorisé et bien détaillé, on y voit une foule de détails que je vous laisse le soin d'apprécier. Nous sommes sans doute dans la 1ère moitié des années 1960 car le Bordelais (à droite) à été mis en réserve en 1966. (photo auteur ?? - 196?)



"haut de page"


D'octobre 1963 à juin 1964, Richy Michel a posé son sac sur le Corse. Il a bien voulu m'envoyer cette photo ainsi que les deux suivantes, merci à lui. Le voici à Brest en Penfeld. A l'arrière plan, il me semble identifier le transport de personnel Sylphe.(photo Richy MICHEL - 1964)



Moment de repos sur un des bancs rabattables du bord, tout le confort de la croisière.(photo Richy MICHEL - 1964)



Poste d'équipage, moment de détente. Les bandes dessinées de l'époque s'appellaient des illustrés, autres temps autres moeurs. Encore merci pour ces souvenirs.(photo Richy MICHEL - 1964)


Photographiés à partir d'un écubier, le Corse et un escorteur d'escadre en escale à Bordeaux en 1970. Il s'agit d'une photo de l'AFP prise le 6 décembre 1970. Etaient présents lors de cette escale les escorteurs d'escadre Surcouf et Dupetit-Thouars ainsi que le Picard. L'escorteur d'escadre est le Surcouf.(photo AFP - 1970)



Le Corse a passé le 14 juillet 1974 dans un fjord de Norvège, cette photo a sans doute été prise à ce moment là.(photo Philippe DUCROCQ - 1974)



Prêts à descendre à terre, tenues impeccables qui ont sans doute passé l'inspection sans problème.(photo Philippe DUCROCQ - 1974)



Voici sans doute la couverture devant illustrer une brochure sur la corvette d'été 1973. Le problème c'est que le Corse a eu son étrave très endommagée le 7 juillet 1973 suite à un abordage. Son étrave a été enlevée et remplacée par celle du Bordelais qui était en réserve. Les travaux ont duré au moins jusque fin aout 1973. Donc, soit la croisière a eu lieu plus tard en 1973, soit la photo fait référence à la croisière d'été de 1974. (photo Philippe DUCROCQ - 1973 (?))



"haut de page"



En 1964 Richard CRONIER était embarqué sur le Corse, il m'a envoyé des photos que j'avais au départ attribuées par erreur à André CROSNIER, je prie ici tous les deux de m'excuser pour ma bévue, le comité de rédaction va prendre sans tarder les sanctions disciplinaires qui s'imposent contre votre serviteur. Voici donc les photo de Richard, je le remercie encore pour ses envois et pour sa patience.


1964. Richard et un collègue posent appuyés au mortier sextuple de 375 mm. Sur les 4 premiers escorteurs rapides, la série des E50, le mortier se situait au centre du navire derrière la cheminée, cette disposition n'était pas très favorable au pointage de la pièce et il sera ensuite déplacé à l'avant dans la série des E52.(photo Richard CRONIER - 1964)


Tir d'une roquette asm depuis le mortier de 375mm. On voit bien sur cette photo les difficultés d'un tel tir. D'abord le lancer ne pouvait se faire que par le travers, la position du sous-marin étant plutôt dans les secteurs de l'avant, le bateau devait se positionner par le travers avant le tir, ensuite on imagine sans peine les dégâts des tirs sur l'environnement du mortier. Quand le mortier a été mis sur le roof à l'avant, ces désavantages étaient de beaucoup diminués. (photo Richard CRONIER - 1964)


Une photo prise lors d'une l'escale dans un fjord norvégien. On peut apercevoir au mouillage sur la droite deux escorteurs rapides, plus à gauche on peut voir (du moins je pense) 2 avisos ex-colonniaux du type Chamois, dont sans doute le Cdt Amyot D'Inville ainsi qu'un aviso-dragueur du type Elan sur l'avant.(photo Richard CRONIER - 1964)


Pêche à la truite ou mesure d'hygiène, en tout cas attention de ne pas tomber l'eau ne doit pas être très chaude.(photo Richard CRONIER - 1964)



L'escale dans les fjords. La Norvège est un pays d'eau et de rochers à la nature magnifique. Au premier plan les bouteilles d'air comprimé pour la chasser les torpilles hors des tubes.(photo Richard CRONIER - 1964)


En 1964, certains membres de l'équipage du Corse font un pélerinage à Lourdes, en voici une photo souvenir avec le commandant du Corse de l'époque, au centre en civil.(photo Richard CRONIER - 1964)


1964. Après un repas dans le poste d'équipage. Photo d'ambiance de la vie à bord, les repas se prennaient encore dans les postes d'équipage, la cafétaria n'existait pas encore.(photo Richard CRONIER - 1964)


1964. Photo prise dans la machine. L'équipe pose, officier-marinier, quartier-maîtres et matelots confondus, l'important était de bien faire son boulot.(photo Richard CRONIER - 1964)


1964. Le Boulonnais vu depuis la plage arrière du Corse, sans doute lors d'un exercice de passage de courrier ou de ravitaillement.(photo Richard CRONIER - 1964)


1964. Le Corse se présente sans doute pour un ravitaillement à la mer, on peut voir l'arrière d'un pétrolier ravitailleur, la Seine ou la Saône. Le vent est fort et la mer bien formée, cela s'annonce un peu ardu, mais l'équipage a l'habitude et les automatismes vont encore bien fonctionner. (photo Richard CRONIER - 1964)


1964. L'escorteur russe du type RIGA dont l'histoire est décrite dans les souvenirs du Boulonnais d'André Crosnier, si j'ai un temps un peu mélangé les photos vous comprendrez que j'ai quelques excuses. Remarquez que l'affût arrière est pointé vers l'avant du bateau par rapport à l'autre photo. (photo Richard CRONIER - 1964)


1964. Au second plan un escorteur ex-colonial du type CHAMOIS, au premier plan, un chalutier dont les marques de nationalité ne sont pas visibles, il semble très bien équipé en moyen de transmission et de detection avec ses deux antennes radar pour un simple chalutier. Je tiens à remercier encore ici Richard CRONIER pour ces documents. (photo Richard CRONIER - 1964)

"haut de page"

QUAND LE CORSE FAIT APPEL A LA CHIRURGIE ESTHETIQUE "MARINE".


Tous les documents et photos ci-dessous m'ont été envoyés par Bernard WIRTH, qui était à l'époque matelot fourrier à bord du Corse, un très grand merci à lui pour ces contributions.


Le 4 juillet 1973, au cours de manoeuvres, le Corse suite à une mauvaise manoeuvre aborde l'escorteur d'escadre DU CHAYLA. La ligne de son beau nez aquilin en est irrémédiablement modifiée. Le Corse était en fin de carrière, néanmoins on a estimé en aux lieux et à juste titre qu'il pouvait encore rendre quelques services. Donc, comme l'explique l'article ci-dessus du "Télégramme de Brest", il est décider de lui greffer  l'étrave du Bordelais, lui même en réserve. (Le Télegramme de Brest via Bernard Wirth)

Après son abordage, le Corse entre au bassin pour ses réparations sous le beau soleil brestois. ( Photo Bernard Wirth)


Gros plan sur les dégâts, évidement il va aller moins vite maintenant. Vu la solidité de l'étrave, le choc a du être un peu rude. ( Photo Bernard Wirth)





Donc en aout 1973, le Corse entre au bassin pour son opération. La première phase est de nettoyer la "plaie" afin de permettre la greffe. On le voit ci-dessus avec le nez en moins. Bernard était fourrier à l'époque, et il me semble me souvenir que sur les "rapides", le magasin général géré par les fourriers, se trouvait à l'endroit exact où l'on voit le personnage casqué tout à fait à l'avant. Le magasin général et la soute à peinture juste en dessous n'ont jamais du être si bien aérés. Juste au-dessus, se trouvait le poste d'équipage avant (photo "Le Télégramme de Brest via Bernard Wirth).

<>




Voici la 2ème phase. L'étrave de 15 tonnes du Bordelais, est présentée à l'avant du Corse. (photo "Le Télégramme de Brest via Bernard Wirth).



<>


3ème phase. L'ex étrave du Bordelais s'emboite parfaitement dans l'avant du Corse, il ne reste plus qu'a faite les soudures pour que le bateau retrouve toutes ses facultés et qu'il puisse encore un peu naviguer. J'ai moi même embarqué quelques jours au cours d'une sortie de l'Ecole des Mousses, fin 72 ou début 73. (photo "Le Télégramme de Brest via Bernard Wirth).

"haut de page"


PHOTOS DE LA VIE A BORD


<>

Voici le poste de manoeuvre des fourriers à la mer, normalement un bosco se tenait à la place de Bernard Wirth à la barre, qui lui se trouvait juste derrière devant les indicateurs de tours d'hélices, son rôle étant de faire la liaison passerelle-machine. J'ai toujours en tête l'ordre "TERMINE BARRE ET MACHINE" qui annonçait le calme après le moment de tension d'un accostage. (Photo Bernard Wirth - 1973).




La légende officielle de cette photo pourrait être "manoeuvre de ravitaillement ou passage de courrier", mais rétablissons la vérité, c'est plutôt un jeu de "tir à la corde", d'ailleurs le personnage en pull blanc n'est autre le le CC DERAMOND, dernier commandant du Corse. Je ne sais pas qui a gagné cette manche. (Photo Bernard Wirth - 1973).




Lors de l'escale de Flaam en Norvège, l'équipage comme toujours s'égaille pour visiter le pays. Voici le matelot fourrier Wirth posant devant un fiord. Cette escale avait lieu pour le 14 juillet 1973. (Photo Bernard Wirth - 1973).



Et voici le "chouf" fourrier Guezenec dans ses oeuvres picturales. On peut remarquer ici que se sont les fourriers qui assuraient l'approvisionnement en peinture du bord, car notre quartier-maître ne semble pas avare sur les couches de couleur. Bernard que l'on devine à gauche ne semble lui pas avoir encore la technique, il y a plus de peinture hors du pot que dans le pot. (Photo Bernard Wirth - 1973).



Dans le cadre des économies budgétaires exigées par le ministre, nous voyont ici le PM fourrier LELAY qui participe à l'amélioration de l'ordinaire du bord, de toute façon, c'est l'intention qui compte. Plus sérieursement, on aperçoit tout à l'arrière un apparaillage de brouillage contre les sous-marins.  (Photo Bernard Wirth - 1973).



Toujours envoyée par Bernard Wirth, une autre photo de l'étrave du Corse, on imagine mieux la violence du choc.  (Photo Bernard Wirth - 1973)


Le Corse en bassin lors des réparations suive à l'abordage avec le Du Chayla, les artilleurs en profitent pour nettoyer les canons de 57mm de l'affût avant, l'exercice semble necessiter pas mal de reflexion et d'analyse, il y ceux qui pensent et ceux qui tirent sur l'écouvillon on peut néanmoins facilement changer les rôles. A droite le matelot Hammond, au milieu tenant la perche Philippe Ducrocq. (Photo Bernard Wirth - 1973)

"haut de page"


Le Corse se présente sur le tribord arrière de la Seine pour un ravitaillement. Toutes les photos qui suivent sont extraites du rapport d'essais définitif de la Seine. Elles sont consultables sur le site du SHM de Chatellerault. Il semble que parmi ces essais, certains soient faits en flèche comme sur cette photo, la manche partant de l'arrière de la Seine. (Photo SHM Chatellerault - 1961)


Ces essais ont été faits le 25 octobre 1961. On voit mieux sur cette photo la manche qui monte sur la plage avant du Corse. Les tractions de la mer sur la manche devaient être très importantes. (Photo SHM Chatellerault - 1961)


La série des essais continue, mais cette fois avec la technique plus classique où les deux bateaux sont côte à côte, la manche de ravitaillement suspendue à un cable. Le Corse est sur le babord de la Seine. (Photo SHM Chatellerault - 1961)


Par rapport à la photo précédente, Le Corse est beaucoup plus éloigné, les deux bateaux devaient avoir un cap et une vitesse très contrôlés, maintenir ensembles deux unités au tonnage aussi différents n'était pas toujours facile. (Photo SHM Chatellerault - 1961)



Le ravitaillement se fait maintenant sur le tribord de la Seine, remarquez la potence de la Seine qui maintient la manche de ravitaillement. (Photo SHM Chatellerault - 1961)


Cette photo montre le début du ravitaillement, la manche est présentée au Corse. Les escorteurs rapides n'avaient pas de "longues jambes" et quand les sorties en mer étaient assez longues il fallait les ravitailler régulièrement. (Photo SHM Chatellerault - 1961)


Pour clore ce chapitre, une vue de la plage arrière de la Seine, il semble que cette photo soit donc prise lors du ravitaillement en flèche que nous avons vu au début de ces photos. On voit le raccord de la manche avec la vanne d'alimentation en mazout. (Photo SHM Chatellerault - 1961)


"haut de page"

"Retour à la page Souvenirs"