SOUVENIRS DU BOULONNAIS

Les souvenirs d'un appelé du Boulonnais en 1963.

Dans quelques années, pour certains de nos compatriotes le souvenir même du service militaire n'évoquera qu'une vague idée puisée dans les souvenirs d'un père ou d'un autre parent. C'est un peu pour cela que je veux faire cette page et ici rendre hommage à tous les marins qui ont posé leur sac sur les bateaux de la Royale pour le temps de leurs obligations militaires. Leur travail à bord était indispensable pour la bonne marche du bateau, et ils faisaient partie à part entière de l'équipage, ils en partageaient comme tous les autres les bonheurs et les vicissitudes. Pour parler de tous ces camarades, je vous livre les souvenirs d'André CROSNIER, appellé mécanicien sur le Boulonnais en 1963 et 1964. Merci à André qui a bien voulu un peu creuser sa mémoire pour nous. Je lui laisse la parole.

" Incorporé début mai 1963 au CFM Brest, puis du début juin à début
septembre 1964, j'étais
embarqué sur l'ER Le Boulonnais comme matelot mécanicien, mon poste en
mer était chauffeur de chaudières
et mazoutier (miss mazout), à quai j'étais magasinier outillage et
chauffeur officiers (2 cv berline) et coursier ( 2cv camionnette)
. Une fonction intéressante pour les ravitaillements !
Ce bateau était basé à Brest et nos sorties et croisières servaient
d'entrainement aux EOR et aux élèves de l'école navale.
En 1963, avec la 9ème escadre d'ER. nous avons effectué deux croisières
Ecole Navale, l'une à Kiel et Bruges, l'autre à Edimbourg,
Lubeck avec "visite du rideau de fer" et Amsterdam.
Après un grand carénage de novembre à mai à l'arsenal de Lorient, nous
avons effectué une croisière EOR à Marin
(La Corogne) et Vigo.
Ensuite deux croisières Ecole Navale, l'une en juin et début juillet à
Kiel et Goteborg, l'autre en juillet et en août à Flensburg (école
navale allemande)
puis Helsinki, Aalesund et Maraak (fjord de Geiranger) ".

Maintenant commençons la visite.


Comme pour beaucoup d'appelés, la vie militaire a commencé par le Centre de Formation maritime (CFM) à Brest. Ils y apprennaient les rudiments de la vie militaire et maritime. Il fallait assimiler beaucoup de choses nouvelles en quelques semaines, ces centres formaient des jeunes de tous horizons et de tous milieux sociaux et les préparaient à être des marins comme les autres. Voici une photo du CFM, ainsi que l'insigne du centre ci-dessous.





André a été incorporé au CFM de Brest le 3 mai 1963 et en est sorti le 11 juin 1963. Le voici à gauche de la photo avec deux copains, celui du centre est un lorientais, seule information disponible. (photo André CROSNIER - 1963).


L'apprentissage militaire et maritime n'empêchait pas les sorties, photo prise sur une plage de Concarneau. La croisière s'amuse. André est à gauche avec son copain lorientais. Passer en quelques semaine d'une fin d'adolescence à l'âge adulte n'était pas toujours simple, mais la jeunesse triomphe de tout. (photo André CROSNIER - 1963)

Juin/juillet 1963. Le temps au CFM est terminé, André a embarqué à Brest sur le Boulonnais. L'escorteur rapide participait à une croisière pour l'école navale, escale à Brugge (Bruges) en Belgique et Kiel en allemagne. Le voici, à gauche avec Bernard Moreau, un ancien de L'E.A.M d'Etel. Ils se promènent sur le front de mer d'Ostende, principal port belge sur la mer du nord. Nos deux compères portent en haut du bras gauche le galon rouge tout frais de matelot brevété. (photo André CROSNIER - 1963)

Juillet/août 1963. Le Boulonnais, toujours pour la croisière de l'ecole navale, fait escale à Edimbourg. Sur les bords du Lac Lomon, un sonneur de cornemuse, aussi typique qu'il est possible de l'être donne un aperçu de sa science musicale. (photo André CROSNIER - 1963)

 

Juillet/août 1963. Toujours lors de la croisière de l'école navale, après l'écosse, le Boulonnais fait escale à Lubeck port du nord de l'Allemagne, au bord de la mer baltique. André pose dans un des parcs de la ville. (photo André CROSNIER - 1963)


Juillet/août 1963. Après Lubeck, le Boulonnais arrive dans le port de Travemünde, au bord de la baltique. Le Boulonnais est passé par le canal de Kiel. La photo nous montre les ferries qui assurent les liaisons avec le Danemark, la Suède et le reste des pays de la baltique. C'est au cours de cette escale que les équipages ont été au plus près du "rideau de fer", ce qui n'était pas une simple image à l'époque. (photo André CROSNIER - 1963)


20 juin 1964. Le Boulonnais passe sous le célèbre pont sur le canal de Kiel. J'ai déjà mis cette photo en ligne, elle m'avait été envoyée par Jean-Louis GUERIN, qui a lui aussi participé à cette croisière en 1963. (photo André CROSNIER - 1963)


Août 1963. Le Boulonnais est revenu dans les eaux de la Penfeld à Brest son port d'attache. Cette photo est prise de la plage arrière, elle nous permet de voir le château de Brest et accosté, l'aviso du type "Chamois", "Cdt Amyot d'Inville" mis sur câle en 1939 mais armé seulement en 1947, qui participait aussi aux croisières des EOR et de l'école navale. Tout en bas de la photo, le flotteur nous rappelle qu'à l'époque les escorteurs rapides avaient des capacités de dragage de mines. (photo André CROSNIER - 1963)

"haut de page"

Août 1963. Voici "Milou", la mascotte du bord. Il paraît qu'il dormait dans le poste des mécaniciens. Il participait aux inspections des permissionnaires et passait le premier la coupée. Il a aussi eu les honneurs de la presse finlandaise lors d'une escale à Helsinki. En 1957 son prédécesseur se nommait "Kiki". (photo André CROSNIER - 1963)


Mai 1964. Le Boulonnais fait escale à Vigo en Espagne pour une croisière au profit de L'Ecole des officers de réserve. L'équipage est invité par l'école navale espagnole, en voici le carton d'invitation. L'accueil a été qualifié de très fraternel. (photo André CROSNIER - 1964)


Les copains posent pour la postérité et "Milou" est de la photo. Que sont-ils dévenus ? Quelle a-été leur vie par la suite ? La vie à bord a sans doute été une courte parenthèse dans la vie de ces jeunes, mais je pense quand même qu'elle a du changer fortement leur vision de l'existence, surtout à un âge où on se construit encore. (photo André CROSNIER - 1964)


Juin 1964. Le service militaire d'André est presque terminé, il pose avec des amis pour garder des traces de ce qu'il a véçu. Le voici à gauche de la photo, puis André Laurain de Nanterre, puis au centre Joseph Becker, alsacien. Les équipages passent, mais la marine reste toujours vivante grâce à ceux qui ont aimé et bien servi ses bateaux. (photo André CROSNIER - 1964)


Juillet/août 1964. Nous remontons le temps. Au cours de la croisière de l'Ecole navale qui mène le Boulonnais à Flensburg, Helsinki, Aalesund et Maarak, voici l'arrivée à Helsinki avec l'étrave de l'aviso "Cdt Amyot-D'Inville", remarquez que ces bateaux de guerre avaient encore des hublots. (photo André CROSNIER - 1964)


Juillet/août 1964. Je laisse la parole à André :  ""Un bateau russe nous attendait dans la baltique. Il nous a escorté jusqu'à Helsinki, puis au retour pendant quelques jours et nuits. Bien-sûr, nous comme lui faisions semblant de nous ignorer, il n'y avait aucun salut sur le bord. De loin comme de près il surveillant nos exercices, c'était la guerre froide ! Une anecdote, le dimanche matin, l'escadre s'était rassemblée pour la messe dite sur la plage arrière d'un des escorteurs, puis subitement l'escorteur russe est passé près de lui en diffusant très fort un disque de Dalida : Tchao Tchao bambino, puis il a disparu".   L'escorteur pris en photo par André est un escorteur ASM du type "RIGA" construit à 50 exemplaires pour la baltique et la mer noire. Il ressemblait assez aux escorteurs rapides, sa longueur était de 90m sur 9, son tonnage de 1200 tonnes, sa vitesse de 28 noeuds. Il était armé de 3 canons de 100mm, d'un hérisson de 4 mortiers et 3 tubes lance torpilles, ces bateaux ont été lancés entre 1952 et 1957.(photo André CROSNIER - 1964)


1964. Le Bordelais (F764) au mouillage devant Maarak, photographié depuis le Boulonnais au fond du fjord de Geiranger en Norvège.  L'équipage est resté à bord, il n'y avait pas de posssibilité de descendre à terre.(photo André CROSNIER - 1964)


1964. Les escorteurs en ligne de file lors d'un exercice dans le fjord de Geiranger.(photo André CROSNIER - 1964)


Exercice en mer. L'escorteur de gauche est le Corse. Exercice de transfert de chaise, vide pour l'occasion.(photo André CROSNIER - 1964)


André a intitulé cette photo "La vie à bord, en passant près des côtes". La vie en mer c'est aussi ça, c'est fait de ces moments de calme où on se sent en accord avec l'élément qui nous entoure.(photo André CROSNIER - 1964)


Mi-août 1964 en rade de Brest. A gauche André Crosnier, à droite Joseph Becker. Le Boulonnais attendait l'ancienne "Jeanne d'Arc" pour l'escorter à son retour de son dernier tour du monde.(photo André CROSNIER - 1964)


1994. Voici un article de "Ouest-France" qui relate la fin du Boulonnais. La photo nous montre un aviso-escorteur au lieu d'un escorteur rapide, c'est vrai que leurs lignes se ressemblent. Mais l'important est ailleurs, Le Boulonnais a terminé sa vie comme un bateau doit le faire, au large et "pavillon haut" et pas sous les chalumeaux au fond d'une quelconque rade. Bien-sûr cette coque n'avait plus depuis longtemps de numéro, mais dans la tête de tous ceux qui ont servi à bord, il gardera toujours son nom fièrement porté de chaque côté de la poupe. Je tiens encore à remercier André Crosnier et aussi avoir une pensée pour tous ceux qui pour une semaine, un mois ou une année ont servi sur les bateaux de la Royale. (photo André CROSNIER - 1994)

"haut de page"


"Retour à la page Souvenirs"